10/02/12

Compagnon

A la demande de SHAKTI pour le groupe des anciens de canalblog, je republie  un de mes poèmes : (illustration Rodnay Wood) *  Compagnon d'indécence De nos envies cachées Compagnon des offenses Du matin retrouvé Laisserons nous la rose Flétrir ses pétales Et d'un sourire morose Quitterons nous le bal   Compagnon des lumières De nos paroles tues  Des ondes de prières La lèvre tendre émue Laisserons nous le cri Nous assourdir la tête Ne laissant que débris Qui recouvrent la fête   Compagnon... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 14:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

01/12/10

Il fait froid (extrait)

(Ahmed Kural) L'hiver blanchit le dur cheminTes jours aux méchants sont en proie.La bise mord ta douce main ;La haine souffle sur ta joie.La neige emplit le noir sillon.La lumière est diminuée... Ferme ta porte à l'aquilon !Ferme ta vitre à la nuée !Et puis laisse ton coeur ouvert !Le coeur, c'est la sainte fenêtre.Le soleil de brume est couvert ;Mais Dieu va rayonner peut-être !Doute du bonheur, fruit mortel ;Doute de l'homme plein d'envie ;Doute du prêtre et de l'autel ;Mais crois à l'amour, ô ma vie !Crois à l'amour,... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 18:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13/03/09

L'Irréparable

(photo Uwe Ommer) Pouvons-nous étouffer le vieux, le long Remords,Qui vit, s'agite et se tortilleEt se nourrit de nous comme le ver des morts,Comme du chêne la chenille?Pouvons-nous étouffer l'implacable Remords? Dans quel philtre, dans quel vin, dans quelle tisane,Noierons-nous ce vieil ennemi,Destructeur et gourmand comme la courtisane,Patient comme la fourmi?Dans quel philtre? - dans quel vin? - dans quelle tisane? Dis-le, belle sorcière, oh! dis, si tu le sais,A cet esprit comblé d'angoisseEt pareil au mourant... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 18:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26/06/08

Au mocassin le verbe

Tu me suicides, si docilement.Je te mourrai pourtant un jour.Je connaîtrons cette femme idéaleet lentement je neigerai sur sa bouche.Et je pleuvrai sans doute même si je fais tard, même si je fais beau temps.Nous aimez si peu nos yeuxet s'écroulerai cette larme sansraison bien entendu et sans tristesse.Sans.Robert Desnos Extraits de Corps et biens Langage cuit (1923)
Posté par Neurhone à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19/06/08

Femme noire

Femme nue, femme noireVêtue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté !J'ai grandi à ton ombre, la douceur de tes mains bandait mes yeux.Et voilà qu'au cœur de l'Été et de Midi, je te découvre,Terre promise, du haut d'un haut col calcinéEt ta beauté me foudroie en plein cœur, comme l'éclair d'un aigle. Léopold Sédar senghor
Posté par Neurhone à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25/02/07

Culte

Et vers l'ivoire de ta peauQuand se mûrit le lent cépageQu'il soit savane ou fleur d'émauxQuand l'île verse un long rivageEt vers le cri toujours plus hautDonnant du grain au timbre sageOù le regard n'est plus hérosOù chaque doigt dit son naufrageVers le cordage aux grès enfuisQu'il soit de sable en vent de nuitTout le Hoggar des yeux se plaintEt dans les corps rivés aux sourcesMenant leur toile à la Grande-OurseTout le désir en moi revient Bernard Flucha
Posté par Neurhone à 17:57 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

19/07/06

Un jour au lieu d'un songe

    Faire de son amour un jour au lieu d'un songe     Se voir le plus possible et s'aimer seulement     Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge     Sans qu'un désir nous trompe, ou qu'un remords nous ronge    Vivre à deux et donner son coeur à tout moment.    Respecter se pensée aussi loin qu'on y plonge   Faire de son amour un jour au lieu d'un songe   Et dans cette clarté respirer librement   Ainsi respirait Laure et... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 21:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
30/05/06

Pierre de soleil (extrait)

je veux poursuivre, aller plus loin, et je ne peux pas:l'instant se précipite en un autre et un autre,j'ai dormi des rêves de pierre que je n'ai pas rêvéet à la fin des ans comme des pierresj'ai entendu chanter mon sang emprisonné,avec une rumeur de lumière la mer chantait,une à une cédaient les murailles,toutes les portes se démolissaientet le soleil entrait en trombe par mon front,décillait mes paupières fermées,décollait mon être de son enveloppe,m'arrachait à moi, me séparait de mon sommeil rude de siècles de pierreet sa magie... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 19:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
08/05/06

Tout fait l'amour

Le baiser (III) " Tout fait l'amour. " Et moi j'ajoute, Lorsque tu dis : " Tout fait l'amour " :Même le pas avec la route, La baguette avec le tambour.Même le doigt avec la bague, Même la rime et la raison, Même le vent avec la vague, Le regard avec l'horizon.Même le rire avec la bouche, Même l'osier et le couteau, Même le corps avec la couche, Et l'enclume sous le marteau.Même le fil avec la toile Même la terre avec le ver, Le bâtiment avec l'étoile, Et le soleil avec la mer.Comme la fleur et... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 02:31 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
04/04/06

Le camarade

Ce coup de poing en marbre était boule de neige,et cela lui étoila le coeuret celà étoilait la blouse du vainqueur,le vainqueur noir que rien ne protège. Il restait stupéfait,deboutdans la guérite de solitude,jambes nues sous le gui, les noix d'or, le houx,étoilé comme le tableau noir de l'étude. Ainsi partent souvent du collègeces coups de poings faisant cracher le sang,ces coups de poings durs des boules de neige,que donne la beauté vite au coeur en passant. Jean COCTEAU
Posté par Neurhone à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]