06/07/08

La grenouille

Olivier Clerc, écrivain et philosophe, ressort son livre riche d'enseignement. Il s'agit du principe de la grenouille :Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.- Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède.- La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.- La température continue à grimper. L'eau est maintenant chaude. C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 13:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

04/07/08

Il a dit

L'oeuvre d'un homme doit être assez forte pour qu'on puisse lever le rideau sur ses coulisses Jean Marais
Posté par Neurhone à 22:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]
03/07/08

Le terme épars

Si tu cries, le monde se tait: il s'éloigne avec ton propre monde.Donne toujours plus que tu ne peux reprendre. Et oublie. Telle est la voie sacrée.Qui convertit l'aiguillon en fleur arrondit l'éclair.La foudre n'a qu'une maison, elle a plusieurs sentiers. Maison qui s'exhausse, sentiers sans miettes.Petite pluie réjouit le feuillage et passe sans se nommer. Nous pourrions être des chiens commandés par des serpents, ou taire ce que nous sommes.Le soir se libère du marteau, l'homme reste enchaîné à son coeur.L'oiseau sous terre... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 23:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
02/07/08

Richesse

(le wagon de troisème classe - Honoré DAUMIER) Qu'est-ce que la richesse ? Il en est pour qui une vieille chemise est déjà une fortune. Un autre se trouve pauvre avec dix millions. Au fond, il ne s'agit que d'une situation ... Franz Kafka
Posté par Neurhone à 19:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28/06/08

Calamité

Ce n'est point le perfectionnement des machines qui est la vraie calamité c'est le partage injuste que nous faisons de leur produits. Léonard Sismonde de Sismondi
Posté par Neurhone à 19:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28/06/08

Savoir regarder

Ne te moque pas de ma demeure La poutre en est inclinée et la chambre petite Mais la lune qui brille sur la montagne est à moi. Sin Heum
Posté par Neurhone à 09:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

26/06/08

Au mocassin le verbe

Tu me suicides, si docilement.Je te mourrai pourtant un jour.Je connaîtrons cette femme idéaleet lentement je neigerai sur sa bouche.Et je pleuvrai sans doute même si je fais tard, même si je fais beau temps.Nous aimez si peu nos yeuxet s'écroulerai cette larme sansraison bien entendu et sans tristesse.Sans.Robert Desnos Extraits de Corps et biens Langage cuit (1923)
Posté par Neurhone à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24/06/08

Pétrole

                                                  La folle: Que cherchent-ils? Ils ont perdu quelque chose ?                                                    Pierre: Ils cherchent du pétrole. ... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 20:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23/06/08

Parler

Il faut se garder de trois fautes : parler sans y être invité, ce qui est de l' impertinence  ne pas parler quand on y est invité, ce qui est de la dissimulation  parler sans observer les réactions de l'autre, ce qui est de l'aveuglement. Confucius (photos David Hamilton)
Posté par Neurhone à 18:51 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
21/06/08

Ecrire

En fait, les mots, au lieu de rester dans ma mémoire visuelle, se sont agglutinés dans ma mémoire tactile, et, aujourd'hui, je sais que ce sont ces mots-là qui bougent au bout de mes doigts, qui cherchent à sortir du bout de mes doigts, de tout mon corps. BARBARA ( Il était un piano noir)
Posté par Neurhone à 22:16 - - Commentaires [6] - Permalien [#]