07/05/05

Comme un éloge

COMME UN ELOGE  "Como un elogio" Jour après jour l'après-midi ponctuellement reviennent précis dans mon souvenir les grands arcs-en-ciel se croisant sur ton passage, les petits coups notre signal, les quatre ou cinq phrases échangées à voix basse, les frôlements des hanches et la chute sans bruit : ton nombril vers le ciel comme le centre de la neige. Dans les miroirs à tout jamais nous restons bouche à bouche enlacés, peut-être, hors des malheurs du temps. Beaucoup,... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 14:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]

06/05/05

Ici-bas

ICI - BAS Ici-bas tous les lilas meurent,Tous les chants des oiseaux sont courts Je rêve aux étés qui demeurentToujours ... Ici-bas les lèvres effleurentSans rien laisser de leur veloursJe rêve aux baisers qui demeurentToujours ... Ici-bas tous les hommes pleurentLeurs amitiés ou leurs amoursJe rêve aux couples qui demeurentToujours ... R.F. SULLY PRUDHOMME                                   ... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 18:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
05/05/05

Edgar Poe

Dans la plus verte de nos valléesPar les bons anges habitée,Autrefois un beau et majestueux palais,Un rayonnant palais,dressait son front. C'était dans le domaine du monarque Pensée,C'était là qu'il s'élevait :Jamais Séraphin ne déploya son aileSur un édifice à moitié aussi beau. Des bannières blondes, superbes, dorées,A son dôme flottaient et ondulaient ;C'était... tout cela c'était dans le vieux,Dans le très vieux temps, Et à chaque douce brise qui se jouaitDans ses suaves journées,Le long... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 12:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
04/05/05

Les autres

J'ai honte de nos hommes enivrés de cette sotte humeur de s'effaroucher des formes contraires aux leurs : il leur semble être hors de leur élément quand ils sont hors de leur village. Où qu'ils aillent, ils se tiennent à leurs façons et abominent les étrangères.Retrouvent-ils un compatriote en Hongrie, ils festoient cette aventure : les voilà à se rallier et à se recoudre ensemble, à condamner tant de moeurs barbares qu'ils voient. Encore sont-ce les plus habiles qui les ont reconnues, pour en... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 19:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]
03/05/05

Je rêve d'une île

JE REVE D'UNE ILE Je rêve d'une îleOù les fleurs auraient couleur de l'aubeOù les amis, les frères,Ne seraient plus chiens de faïence Je rêve d'une îleOù les feux de forêtS'éteindraient par la magie des signesOù le ciel et la merSe confondraitDans une mare de soleil Ô effacerLa haine du sable pour les hauteursLe mépris des hauteurs pour le sable ! Je rêve d'une îleDe Paix, d'Amour, de Fraternité ! Gary KLANG ( poète Antillais)     ... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 18:15 - Commentaires [6] - Permalien [#]
29/04/05

Einstein citations

Il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé !                                 _________________ Les amères leçons du passé doivent être réapprises sans cesse.                                               ... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 20:57 - Commentaires [6] - Permalien [#]

28/04/05

Les rêves

LES REVES Le visage de ceux qu'on aime pas encoreApparaît quelquefois aux fenêtres des rêves,Et va s'illuminant sur de pâles décorsDans un argentement de lune qui se lève. Il flotte du divin aux grâces de leurs corps,Leur regard est intense et leur bouche attentive;Il semble qu'ils aient vu les jardins de la mortEt que plus rien en eux de réel ne survive. La furtive douceur de leur avènementEnjôle nos désirs à leurs vouloirs propices,Nous pressentons en eux d'impérieux amantsVenus pour nous... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 22:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
27/04/05

La petite marchande de fleurs

LA PETITE MARCHANDE DE FLEURS Le soleil froid donnait un ton rose au grésil,Et le ciel de novembre avait des airs d'avril,Nous voulions profiter de la belle gelée.Moi chaudement vêtu et toi emmitoufléeSous le manteau, sous la voilette et sous les gants,Nous franchissions, parmi les couples élégants,La porte de la blanche et joyeuse avenueQuand soudainjusqu'à nous une enfant presque nueEt livide, tenant des fleurettes en mainAccourut, se frayant à la hâte un cheminEntre les beaux habits et les riches... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 22:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26/04/05

L'ange

L' ANGE Dieu se lève, et soudain sa voix terrible appelleDe ses ordres secrets un ministre fidèle,Un de ces esprits purs qui sont chargés par luiDe servir aux humains de conseil et d'appui,De lui porter leur voeux, sur leurs ailes de flamme,De veiller sur leur vie, et de garder leur âme;Tout mortel a le sien : cet ange protecteur,Cet invisible ami veille autour de son coeurL'inspire, le conduit, le relève s'il tombe,Le reçoit au berceau, l'accompagne à la tombeEt, portant dans les cieux son... [Lire la suite]
Posté par Neurhone à 22:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23/04/05

Les choses visibles sont éphèmères Les invisibles sont éternelles SAINT PAUL
Posté par Neurhone à 01:18 - Commentaires [4] - Permalien [#]